Point sur les ventes aux enchères Art et objet de collection

Le présent point complète celui fait il y a un mois lors du Conseil du 11 novembre dont la conclusion était et reste inchangée :

  • « Pour ce deuxième confinement, pas de « coup d’arrêt » des ventes aux enchères tel qu’il avait pu être observé au début première confinement (du 17 mars au 30 avril).
  • Développement des ventes entièrement dématérialisées « d’Art et objets de collection » en 2020, mais leur montant, bien qu’en progression, devrait encore rester modeste dans le total des ventes (2,2 % des montants de vente d’art en 2019 ; vers un 3 à 6 % en 2020 ?).
  • Les « ventes à huis clos » auront permis aux OVV, pendant les confinements, de maintenir une activité.
  • Au vu des réponses collectées des OVV, le montant total des ventes aux enchères en 2020 en France devrait baisser sensiblement par rapport à celui de 2019, surtout en « Art et objets de collection… (Pour les 216 OVV de ce secteur qui ont transmis à la date du 7 novembre leurs montants prévisionnels 2020 (dont les 10 OVV mentionnés ci-dessus), le total cumulé des ventes prévisionnelles 2020 est inférieur de 28 % à celui réalisé en 2019 ».

 

La présente note se concentre sur quelques indicateurs ou spécialités donnant un éclairage sur les performances du marché des enchères d’art en France en 2020 :

  • Les ventes millionnaires : elles représentent entre 14 % (en 20181) et 22 % (en 2019) du montant total des enchères du secteur.
  • Les ventes d’Art contemporain : elles représentent 18 % (tant en 2018 qu’en 2019) du montant total des enchères du secteur
  • Les ventes de véhicules de collection qui représentent annuellement (de 2017 à 2019) 6 % du montant total des ventes du secteur.
  • Les ventes entièrement dématérialisées d’art et objets de collection, dont la dynamique permet d’apprécier l’évolution des pratiques des maisons de ventes.

 

1 En 2017 = 16 %

 

Les ventes aux enchères millionnaires en France en « Art et objets de collection » au 5 décembre 2020

Au 5 décembre 2020, 57 enchères millionnaires pour un montant cumulé de 133 M€ ont été enregistrées en France (contre 124 enchères millionnaires pour un montant cumulé de vente de 347,5 M€ en 2019).

Ce nombre a peu évolué par rapport à celui du 14 juillet 20202, où l’on notait 37 enchères millionnaires pour un montant cumulé de vente de 88 M€ (ceci en intégrant les 5 lots millionnaires (adjugés à Paris) de la vente « ONE » organisée par Christie’s le 10 juillet).

 

Typologie des lots millionnaires

Au 5 décembre 2020

En nombre de lots millionnaires, les lots relevant de la spécialité « Art contemporain » représentent toujours la 1ere catégorie (37 % des lots millionnaires) devant ceux de la spécialité « Automobiles de collection » (19 %).

 

Rapporté au montant total des ventes millionnaires (répartition en valeur), les ventes “Art contemporain” représentent la première catégorie (41,4 %) devant celles d’Art moderne (18%). La part des ventes millionnaires d’art contemporain reste donc toujours prépondérante dans les enchères millionnaires : elle était de 41 % en 2019, de 31,6% en 2018 et de 55 % en 2017 du montant total des ventes millionnaires.

Cette part des ventes millionnaires d’art contemporain devrait s’amplifier avec les ventes d’art contemporain de fin d’année d’Artcurial et de Sotheby’s (le 16/12/2020 pour cette dernière).

Compte tenu des ventes aux enchères annoncées d’ici fin décembre 2020, il ressort que le nombre total de lots millionnaires pourrait encore progresser d’une dizaine. Même dans cette hypothèse, il est acquis que le nombre de lots millionnaires de 2019 ne sera pas atteint et que le montant cumulé de ces lots millionnaires sera sensiblement inférieur à celui de 2019. Pour 2020, on peut l’estimer entre 133 et 155 M€ soit un montant entre 2,3 et 2,6 fois moins élevé qu’en 2019.

Il est rappelé que l’année 2019 avait été dopée par la vente de quelques oeuvres multimillionnaires : trois oeuvres représentant un montant cumulé de 37 M€ en Art contemporain (« Parc des princes » de N. de Staël, 20 M€, Christie’s ; un tableau « 14 mars 1960 » de Pierre Soulages, 9,6M€, Tajan ; « Winged Tiger » de Kazuo Shiraga, 7,8 M€, Sotheby’s) ; deux oeuvres d’art ancien pour 30 M€ (dont « La vierge et l’enfant en trône » de Vissy Brod, 6,2 M€ par Cortot & associés) ; ainsi que par la dispersion de la collection de « L’univers Lalanne » par Sotheby’s qui comprenait 24 oeuvres millionnaires pour un montant cumulé de 41 M€.

En 2020, le marché français des enchères n’aura pas connu une offre d’oeuvres de très haut de gamme d’une telle ampleur.
Sachant que sur les trois dernières années connues (2017 à 2019) le montant des ventes millionnaires représentait entre 14 et 18 % du montant total des enchères du secteur « Art et objets de collection », en 2020 la baisse du montant des ventes millionnaires pèsera sur les performances globales du secteur.

 

Les cinq premiers lots millionnaires

  • Deux albums encre sur papier (Art d’Asie) : 7,8 M€ (Beaussant Lefèvre)
  • Une huile sur toile de J. Dubuffet (Art contemporain) : 6,52 M€ (Christie’s)
  • Une oeuvre « 9.07.1961 » de Pierre Soulages (Art contemporain) : 5,39 M€ (Christie’s)
  • Une sculpture d’Alexandre Calder (Art contemporain) : 4,94 M€ (Artcurial)
  • Un bronze (« La caresse d’un oiseau ») de Juan Miro (Art contemporain) : 4,7 M€ (Christie’s).

 

La part toujours prépondérante de Christie’s et Sotheby’s.

Sur ces adjudications du très haut de gamme, la part (en nombre de biens millionnaires vendus) des deux leaders reste toujours élevée et se situe à 61% en 2020 (et 61 % également en valeur), contre 71 % en 2019 (et 58 % en valeur).

 

2 Jusqu’au 10 juillet 2020, en intégrant les lots de la vente ONE de Christie’s qui ont été adjugés par Christie’s France.

 

Les ventes aux enchères d’art contemporain en France au 5 décembre 2020

L’analyse porte sur les 11 maisons de ventes3 majeures dans cette spécialité qui représentaient en 2019 plus de 86 % du montant total des ventes aux enchères « Art contemporain » en France.

Il est rappelé que le montant total des ventes « Art contemporain » en 2019 s’élevait à 259 M€ (hors frais) soit 17 % du montant total des enchères « Art et objet de collection » en France en 2019.

 

Au 5 décembre 2020 : 146 M€ (hors frais) pour près de 4600 oeuvres vendues

Les ventes des OVV du top 3 (Sotheby’s, Christie’s, Artcurial) représentent, en valeur, 77 % du montant total des ventes de la sélection

1/ Caractéristiques Inchangées par rapport aux années précédentes :

  • Un marché qui reste concentré sur quelques opérateurs dominants.
  • Le taux d’invendu est stable : 37 % (contre 36 % en 2019 et 38 % 2018).
  • Les oeuvres de plus de 25 000 euros hors frais (15% des oeuvres vendues) représentent 92% du total des ventes. Par ailleurs, les oeuvres de plus de 50 000 euros hors frais (10% des oeuvres vendues) représentent 86% du total des ventes. Comme les années précédentes, le résultat des ventes se fait sur peu d’oeuvres.
  • Presque deux lots sur 3 (62 %) ont été adjugés à un prix marteau inférieur ou égal à 4000 €. Le marché des enchères d’art contemporain reste donc majoritairement composé d’oeuvres financièrement accessibles à un large public d’amateurs (reproductions, multiples, lithographies, oeuvres originales).
  • Un nombre de lots vendus qui, après intégration des ventes à venir d’ici fin décembre, devrait être assez proche de celui de 2019 (5855 oeuvres vendues) (estimation de – 5 % à – 8%).
  • L’offre de haut de gamme (oeuvres de valeur unitaire de pius de 100 K€ d’estimation basse) est similaire à celle des années passées : Soulages, Zao Wou ki , Hantaï / Hartung / Dubuffet / Poliakoff/ Riopelle/ Kazuo Shiraga / Nicolas de Staël….Les oeuvres d’artistes produites après 2000 sont toujours numériquement minoritaires.

 

2/ Un montant total de ventes qui devrait néanmoins être en retrait par rapport à 2019.

Sur la base d’une estimation du potentiel de ventes cumulées de 18 à 25 M€ pour la dizaine de vacations en Art contemporain d’ici fin décembre pour ces 11 maisons de ventes, le montant total de leurs ventes dans cette spécialité pourrait approcher 164 à 174 M€ (hors frais). Soit, par rapport à 2019 (223 M€) une baisse estimée comprise entre – 26 % et – 22 %.

La baisse en 2020 semble surtout liée à un nombre d’oeuvres de haut de gamme présenté à la vente moins important qu’en 2019, qui, à taux d’invendus stable, génère un montant de ventes total moins élevé.

Dans ce contexte, vu le poids (80 à 86 %) que représentent structurellement ces 11 maisons de ventes dans le total des ventes d’Art contemporain, le montant des ventes de cette spécialité en France en 2020 sera inférieur à celui de 2019.

 

3 Ader, Aguttes, Artcurial, Pierre Bergé & Associés, Christie’s, Cornette de Saint-Cyr, Millon, Piasa, Sotheby’s, Tajan et Versailles Enchères.

 

LES VENTES DE VÉHICULES DE COLLECTION EN 2020

1/ En 2020, en France, le montant total des ventes devrait s’élever à 80 M€ (hors frais) en retrait de 13 % par rapport à celui de 2019 (92 M€) et de 11 % par rapport à celui de 2018 (90 M€).

Au 5 décembre 2020, le montant total des ventes s’élevait à 76 M€. Le potentiel cumulé des trois dernières vacations restantes est estimé à 4 M€.

Au 5 décembre 870 véhicules de collection ont été vendus aux enchères.

Les trois maisons de vente dominant traditionnellement ce marché, Artcurial, RM Auctions (filiale de Sotheby’s) et Bonhams, ont réalisé 88 % du montant cumulé des ventes, contre 90 % en 2019 et 80 % en 2018. Le marché reste donc toujours aussi concentré. Artcurial est toujours le leader du marché, réalisant à lui seul 42% du montant des ventes et 50 % du nombre de véhicules de collection vendus.

 

La baisse du montant total des ventes en 2020 est due à :

  • une performance cumulée de ventes des trois premiers opérateurs en 2020 en baisse de 19 % par rapport à 2019, malgré un nombre de véhicules de collection vendu en hausse. Cette baisse a été accentuée par celle de RM auctions dont le montant de ventes de 2020 a été pratiquement divisé par deux.
  • Un nombre total de véhicules de collection vendus (870) tous opérateurs confondus en progression de 13 % par rapport à 2019 (769), mais un montant de ventes des lots millionnaire inférieur de 46 % à celui de 2019.

 

2/ Une baisse du taux moyen des invendus : 28 % contre plus de 40 % d’invendus en 2019

Le taux moyen d’invendu retrouve un niveau proche de celui de 2018 (31 %)

Le taux moyen d’invendus en 2020 couvre, néanmoins, de fortes disparités, allant de 0,6 % à 66 % selon les ventes. Même le leader, Artcurial, qui a fait une vacation pratiquement en gants blancs avec la dispersion, sans prix de réserve, des 171 véhicules de l’intégralité de la collection restante d’André Trigano 3 M€), réalise des performances contrastées.

 

3/ Une baisse significative des montants enchères millionnaires

Si le nombre d’adjudications millionnaires varie peu, 13 en 2019 (pour 38,7 M€) et 12 en 2020, le montant cumulé des ventes est sensiblement différent (38,7 M€ en 2019 contre 20,7 M€ en 2020). Ces véhicules de collection millionnaires (moins de 2 % du nombre de véhicules vendus) qui représentaient 42% du montant total des ventes en 2019 (20 % en 2018 et 26% en 2017) représentent 28 % du montant des ventes au 5 décembre 2020.

La performance globale des ventes dans cette spécialité repose donc toujours sur un nombre restreint d’adjudications

En 2020, c’est donc d’une part, une offre de véhicules de collection de très haut de gamme un peu moins fournie qu’en 2019, d’autre part sept véhicules millionnaires présentés restés invendus4 représentant en cumul d’estimation basse plus de 21 M€, qui expliquent l’écart avec 2019.

Les trois adjudications les plus élevées en 20205 :

  • Bonham’s : Bugatti type 55, 1932 : 4,6 M€
  • Artcurial : Ferrari 275 GTB, 1965 : 2,5 M€
  • RM auction : BMW 507 Roadster, 1958 : 2 M€

 

A comparer aux trois adjudications les plus élevées en 20196:

  • Artcurial : 1939, Alfa Roméo VC 2900 B touring Berlinetta : 16,7 M€
  • RM Auctions : Ferrari F 40 LM, 1987 : 4,84 M€
  • Artcurial : 1966 Serenissima Spider : 4,21 M€

 

4/ 45 % des véhicules de collection sont adjugés à un prix supérieur à 25 000 euros (hors frais). Les véhicules adjugés plus de 25000 € hors frais représentent 93 % du montant total des ventes. Sur ce point, la situation équivalente à celle de 2019.
En conclusion, comme les années précédentes, il ressort que le marché des enchères de véhicules de collection reste très dépendant de l’adjudication de quelques voitures de marque exceptionnelles. La spécialité des véhicules de collection reste donc un marché étroit pour des collectionneurs avertis, encore majoritairement européens et nord-américains.
Le marché français conserve de solides atouts liés tant à la qualité de l’offre de véhicules proposés qu’au savoir- faire des maisons de vente qui savent optimiser la valeur de l’offre par l’organisation de ventes évènementielles dans les lieux prestigieux. Ce marché ne semble pas avoir été affecté par la crise sanitaire de 2020, le principal temps fort des ventes se situant début février 2020 (71 % du montant total des ventes de l’année étant réalisé à fin février) un mois avant le premier confinement, ni par une réduction de l’offre de biens à vendre.

 

4 Parmi lesquels chez RM Auction Sotheby’s : une Lamborghini 2015, une Bugatti de 1938, une Jaguar D-type de 1955, une Ferrari 365 GTS Daytona de 1972 ; et chez Bonham’s : une Bugatti Atalante de 1938, une Ferrari Dino 206 S.
5 Frais d’adjudication compris
6 Frais d’adjudication compris

 

Les ventes totalement dématérialisées en Art et objets de collection

Le présent point d’actualité valide et complète celui fait il y a un mois lors du Conseil du 11 novembre 2020.

Les ventes Online en « Art et objets de collection » vont progresser de 2019 à 2020, tant en valeur absolue qu’en pourcentage du total des ventes.

Quatre raisons principales :

  • Le premier OVV en ventes entièrement dématérialisées dans ce secteur, International Wine auction, spécialisé dans les ventes de vins, a confirmé sa prévision de montant de ventes pour 2020 un montant équivalent (18 M€) à celui réalisé en 2019, avec une progression du nombre de lots vendus (90000 en 2020, contre 83000 en 2019). Selon cette société, le nombre de vacations organisées est assez stable (40 en 2020 contre 42 en 2019), le nombre prévisionnel de flacons vendus sera stable (170000), il y a davantage de nouveaux acheteurs, notamment étrangers (exprimés en valeur, ils représentent 53 % du montant des ventes, contre 47 % en 2019 venant de 50 pays).
  • L’arrivée de Christie’s sur ce mode de vente aux enchères en France.
  • Le développement des ventes Online en 2020 de Sotheby’s, Millon7 et Aguttes.
  • L’effet Covid-19, avec le report de quelques ventes en salle vers des ventes Online.

 

Hors International Wine Auction, le produit des ventes Online des 12 principaux OVV actifs8 dans les 244 ventes totalement dématérialisées dépassait 39 M€ frais inclus (soit environ 30 M€ hors frais) au 5 décembre 2020. Cumulé aux 18 M€ d’International Wine Auction, le produit total des ventes totalement dématérialisées devrait dépasser 50 M€ hors frais en France en 2020, soit, comparé au 35 M€ de 2019, une progression d’au moins 40 %.

Quelques 32000 lots ont été vendus (hors International Wine Auction) depuis janvier 2020 :

  • Le taux d’invendu de l’ordre de 34 %, exprimé en nombre de lots vendus rapport au nombre de lots présentés, reste stable par rapport au dernier point de novembre, équivalent au taux moyen observé dans les ventes aux enchères d’art les années précédentes. Mais ce taux masque de fortes disparités entre OVV, puisqu’il varie de 5 % à 62 %.
  • Le prix moyen de vente de 1230 € par lot vendu (qui masque de très grands écarts, allant de 61 € à plus de 12000 € selon les OVV. Christie’s et Sotheby’s tirent le prix moyen vers le haut).
  • Une des nouveautés de 2020 est que des OVV ont commencé à proposer des ventes de collection en ventes dématérialisées. On notera ainsi, par exemple :
    • Collection Edmond Cormier-Thierry-Delanoue (1879-1960) chez Christie’s
    • Hommage à Arp - Collection Greta Stroch chez Christie’s
    • Passion d'un choix historique d’une prestigieuse collection, chez Pierre Bergé & Associés
    • Collection Neumann-Hug – Bauhaus : une Inspiration, chez Sotheby’s
    • Collection Jeanne Moreau, chez Artcurial
  • Les ventes entièrement dématérialisées concernent désormais toutes les spécialités : vente en grand nombre de biens à valeur unitaire faible (ex : Collectoys, prix moyen du lot vendu de 61 €), nombreuses ventes dans toutes les spécialités possibles (ex : Millon, prix moyen vendu de 435 €), ventes ciblées sur des biens facilement identifiables et pour lesquelles les marques lorsqu’elles sont connues sont des éléments de réassurance pour les enchérisseurs (ex : joaillerie et montres, accessoires de mode ; Artcurial, Tajan), vente de biens de valeur plus élevée (Christie’s, prix moyen vendu de 11 K€ ; Sotheby’s, prix moyen vendu de 12 K€)…

 

7 En 2019, Millon faisait 95 % de ses ventes Online via son site dédié Artprecium. En 2020, Artprecium reste le principal site dédié aux ventes Online.
8 Christie’s ; Sotheby’s ; Artcurial ; Aguttes ; Millon ; Pierre Bergé & associés ; Piasa ; Rossini ; Collectoys ; Tajan, Drouot Estimations, Ader.