Un an s’est écoulé depuis ma prise de fonctions

29-10-2020

Un an s’est écoulé depuis ma prise de fonctions à la tête du Conseil des ventes volontaires, et il est temps de procéder à un compte-rendu de mandat.

Je souhaite d’abord remercier mes collègues du travail assidu qu’ils ont déjà accompli. En dépit du départ d’un remarquable ami, François Tajan, dont la perte est irréparable et qui reste regretté, nous nous sommes mis à l’ouvrage. Edouard de Lamaze et la commission déontologie travaillent sur un toilettage du recueil déontologique, dans la suite de la mission qui lui a été confiée par les ministres, et nous devrions avoir un document rédigé d’ici la fin de l’année. Sylvie Maunand et sa commission procèdent à de multiples auditions afin de nous proposer une rénovation de la formation, qui s’étendra à la formation permanente. François Benhamou anime avec talent la commission marché qui travaille sur les conséquences de la croissance continue des ventes numériques, qui appelle, là aussi, des propositions de réforme permettant de sécuriser et de développer le marché.

J’ai souhaité, dès mon arrivée, séparer clairement mes fonctions de l’activité disciplinaire du Conseil, en ne présidant plus l’instance qui prononce les sanctions. C’est fait, et une première séance disciplinaire s’est déjà tenue hors de ma présence. Je souhaite rendre hommage à notre commissaire du gouvernement, Brigitte Garrigue, et à son équipe, dont une grande partie de l’activité est consacrée à la médiation, si nécessaire pour fluidifier les relations entre les opérateurs et les requérants.

Cette année a été marquée par un paradoxe : l’épidémie a fait redouter aux opérateurs un arrêt brutal de leur activité mais ils ont su réagir, ce qui démontre le dynamisme de notre profession. Ils ont bien entendu pu bénéficier des mesures gouvernementales générales, mais le Conseil a cherché à être auprès d’eux pour les accompagner par ses recommandations. Dès que cela a été possible, nous avons obtenu de pouvoir rouvrir les salles, dans le respect des règles de distanciation physique. Force est de constater que, tant sur internet que pour les ventes physiques, les amateurs et les acheteurs ont été au rendez vous. Nous avons réussi à faire redémarrer les cours des jeunes stagiaires et à organiser leur examen, et un jury indépendant accordera désormais les certificats de stage.

Beaucoup reste à faire : les conséquences du Brexit doivent être maîtrisées, le décret sur les seuils des certificats d’exportation doit enfin sortir des bureaux où il est encalminé, les évolutions technologiques doivent être accompagnées, et la qualité de notre marché maintenue, les jeunes commissaires priseurs doivent avoir des perspectives. Je suis confiant, en dépit de la crise qui rompt le lien social de manière dramatique, sur le rebond de notre marché et de nos maisons. Le Conseil des ventes poursuivra sa mutation pour devenir un soutien et un appui à des professionnels qui aiment leur métier et le font vivre au quotidien.

Henri Paul
Président du Conseil des ventes volontaires.