Ventes de prestige de voitures de février : Paris conserve sa place sur le marché mondial

1958 BMW 507 Roadster séries II, RM Auctions, 5 février 2020, 1,77 M€ (hors frais)
 

Avec 51 M€ de ventes, lors de la semaine de ventes de prestige de véhicules de collection, Paris conserve sa place sur le marché mondial.

Comme chaque année, le mois de février est un temps fort du marché des enchères à Paris, l’une des places de marché mondiales dans le secteur des ventes de véhicules de collection.

Trois ventes majeures étaient organisées au cours de la semaine du 5 février par les trois maisons de ventes leaders dans cette spécialité en France : ARCURIAL, BONHAMS et RM AUCTIONS.

En synthèse de cette semaine d’enchères :

Un montant cumulé de ventes de près de 51 M€ adjugé * pour 226 véhicules vendus, en retrait par rapport à février 2019 avec 74,2 M€ adjugé pour 256 véhicules vendus.

12 enchères millionnaires. La plus haute enchère revient à la Bugatti type 55 Super sport de 1932 adjugée 4 M€ chez BONHAMS.

Ces enchères millionnaires représentent une part significative, de 24 à 40%, du montant des ventes, qui reste concentré sur un nombre réduit d’adjudications.

Plusieurs véhicules « phares » aux estimations millionnaires n’ont néanmoins pas trouvé preneur. La 1929 Mercedes-Benz 710, estimée 6/8 M€ chez ARTCURIAL, la Jaguar D-type e de 1955, estimée 5,9/6,4 M€ chez RM AUCTIONS et la Ferrari Dino 206S prototype chez BONHAMS.

Le taux d’invendu est moins élevé qu’en 2019, il se situe entre 31 et 36%.

 

* Les montants adjugés sont indiqués hors frais de vente

Le graphique de synthèse des chiffres de février 2020