Ventes d'art premiers : quel impact du rapport sur la restitution de patrimoines ?

Le Conseil des ventes aux enchères a organisé le jeudi 20 juin de 8H30 à 10H30 un petit déjeuner portant sur l'impact sur le marché des arts premiers en France de la politique de restitution (envisagée) de patrimoines culturels africains.

C'était le dernier petit déjeuner de l'actuelle mandature.

Ce petit déjeuner a été animé par Dominique Chevalier et Martine Ract-Madoux, membres du Conseil.

7 mois après la remise du rapport Sarr-Savoy au Président de la République, portant sur la « restitution du patrimoine culturel africain Vers une nouvelle éthique relationnelle », quel est l'impact direct et indirect sur le marché de l'art ? Y a-t-il un risque de déplacement du marché à Bruxelles ? Quel renouvellement des acheteurs d'arts classiques africains ?

Paris est une capitale internationale du marché des arts premiers. En 2018, le marché des enchères de cette spécialité en France dépassait 50 M€, tirant sa dynamique d'un nombre restreints de ventes d'œuvres issues de grandes collections, majoritairement étrangères.

Mais ce marché est, bien sûr, plus large en intégrant l'activité des antiquaires et des experts et il bénéficie de la visibilité et des actions menées par les musées nationaux pour faire connaître les patrimoines culturels africains.

45 personnes, représentants de maisons de ventes, antiquaires, experts, représentant du SNA, juristes spécialisés ont témoigné de leurs expériences lors de ce petit déjeuner animé.

Le compte rendu de synthèse a été publié dans la Gazette Drouot du 13 septembre 2019.

Le point sur les ventes aux enchères d'art premier au 1er semestre 2019