Arts Premiers : un marché en croissance qui reste porteur en 2018

L'analyse des ventes aux enchères d'Arts Premiers en France montre que ce marché est en croissance en 2018.

Le dynamisme de cette spécialité repose sur un nombre très restreint d’œuvres issues de grandes collections notamment étrangères.

Si Paris s'affiche comme une place de référence, les acheteurs sont sélectifs, même pour les biens issus des grandes collections. Le montant total des ventes aux enchères en France, hors frais, est estimé à 42 M€ (hors frais) en 2018. A l’image du reste des enchères, ce marché est assez concentré.

En 2018, le montant des ventes des 12 principales maisons de ventes s’élevait à 41,1M€ (soit 50,8 M€ frais inclus). Trois maisons de ventes (Christie’s, Sotheby’s, Binoche & Giquello) concentrent 89 % du montant total des ventes.

Près de 3000 lots ont été vendus aux enchères par l’ensemble des maisons de ventes. Toutefois, le produit des ventes est concentré sur un nombre réduit de pièces : 7 % des lots vendus soit 208 œuvres (d’une valeur unitaire adjugée supérieure ou égale à 25 000 €) représentent 80 % du montant total des ventes.

Si les biens vendus provenant d’Afrique ne sont pas numériquement majoritaire (48 % des lots vendus) en revanche, exprimé en montant de ventes, leur poids est nettement majoritaire (72 %).

La répartition des lots adjugés selon l’origine du vendeur dans les ventes des trois maisons de ventes leader (collection française ; collection européenne ; collection hors de l’Union européenne – pour l’essentiel les Etats-Unis et la Suisse) montre que seuls 35 % des lots vendus proviennent de collections françaises ce qui signifie que près des 2/3 des lots vendus (65 %) aux enchères en France proviennent de l’étranger, donc que la France apparaît comme une place de référence au plan international.

Pour l'analyse détaillée, voir le focus de synthèse