Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web.

×

fr
En

Commissaire-priseur, c’est un très beau métier.
Le commissaire-priseur est un acteur du développement durable, ce mot d’ordre de nos sociétés contemporaines : il recycle en permanence des objets, des vêtements, des automobiles, des matériels industriels, et contribue à leur donner une seconde vie.
Sa responsabilité professionnelle l’implique profondément dans les problématiques de sécurité, de vol, de trafic, et sa vigilance à cet égard est permanente. Certes, sa profession n’est plus régulée, mais il reste un garant de la sécurité des transactions qu’il organise, et sa déontologie l’engage.
Il est au cœur de certains débats très contemporains : la revendication du patrimoine de civilisations disparues par la diplomatie d’Etats modernes, les pillages de musées ou de sites historiques organisés par des bandes armées et politisées, la protection de l’environnement et de certaines espèces animales, par exemple.
Le commissaire-priseur n’est pas dans sa bulle protégée ! C’est un chef d’entreprise aussi, et il lui appartient de concilier tous ces impératifs, dans un monde où la moindre erreur suscite un déchaînement médiatique, car son métier l’amène aussi à être très visible.

Henri Paul, Président du Conseil des Ventes

Le Conseil des Ventes est chargé depuis 2000 de la formation professionnelle des futurs commissaires-priseurs en vue de l’obtention de la qualification requise pour diriger les ventes.

Les conditions pour se présenter à l’examen

Pour se présenter à l’examen d’accès, il faut être détenteur d’un double diplôme : une licence de droit et l’autre en histoire de l’art, en arts appliqués, en archéologie ou en arts plastiques.

Retrouvez ici le détail des conditions d’accès.

La formation

Après l’examen d’accès, cette formation d’une durée de deux ans s’effectue sous la forme d’un stage dans une maison de ventes et une étude de commissaire-priseur judiciaire entrecoupée par un enseignement théorique d’une durée de 5 semaines par an (350h de formation théorique) dans les deux établissements partenaires de la formation, à l’ESCP, l’Ecole du Louvre. Des sessions de « tour de salle » sont également organisées à l’hôtel Drouot.

Retrouvez ici la présentation de la formation 

L’examen final

A l’issu des deux années de formation, l’élève commissaire-priseur devra se présenter à l’examen du Certificat de bon accomplissement de stage.

Pour obtenir le certificat, le stagiaire doit réussir un examen d’aptitude consistant en un entretien, noté sur 120, en trois parties consacrées aux matières suivantes : règlementation professionnelle, inventaires d’objets, questions de culture générale et artistique. La réussite à cet examen final donne la qualification pour diriger des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques

Retrouvez ici la description de l'examen final.

Devenir Commissaire de justice

A partir du 1er juillet 2022, les commissaires-priseurs volontaires qui souhaitent devenir commissaire de justice devront suivre une formation d’une année supplémentaire au sein de l'institut national de formation des commissaires de justice.